Découvrez le NépalSite officiel du tourisme du Népal

Accueil Lieux à voir Städte und Gemeinden Pokhara

Pokhara

La vallée de Pokhara, « le joyau de l’ouest », se trouve être l’un des lieux préférés des visiteurs du monde entier. La sublime chaîne de l’Annapurna en toile de fond et la sérénité des trois lacs les plus importants, Phewa, Rupa et Begnas, font de Pokhara le lieu de relaxation par excellence. L’essor au cours des dernières années des sports d’aventure comme le parapente ou l’ULM, confère à la vallée une nouvelle dimension, contribuant à son développement ; ajoutés au bateau, à l’observation des oiseaux, à la randonnée et au VTT de montagne, Pokhara offre un large éventail d’activités.

Pokhara est l’une des premières destinations du Népal. Le visiteur qui s’attarde dans le pays rend souvent plusieurs visites à la fameuse vallée aux sept lacs, dont trois sont d’envergures. Le quartier touristique de Pokhara, ‘lakeside’, se trouve à une petite distance de la ville de Pokhara proprement dite. Il s’étend sur les bords du lac Phewa et rappelle avantageusement le quartier de Thamel, la circulation en moins et l’espace en plus, atouts conférant à Pokhara ce charme si particulier. Le Machhapuchhare domine cette délicieuse vallée, et en toile de fond la région de l’Annapurna où bien des randonneurs ont trouvé leur paradis. Pokhara offre également un cadre particulièrement favorable aux sports d’aventure tel que le rafting, le parapente et l’ULM. L’atmosphère relaxante des rives du lac Phewa permet au randonneur fourbu de se remettre des montées et des descentes des fameux chemins de trek tous azimuts de la région. Les bars et restaurants, toujours pleins, s’avèrent de parfaites plateformes de rencontre où échanger ses récits d’aventures, ou ceux de la vie. Si bien accueillis par les népalais, les touristes se sentent rapidement chez eux et prolongent volontiers leur séjour, jusqu’à revenir chaque année retrouver leurs amis, et se ressourcer.

Relax at the shores of Fewa lake in Pokhara

L’enchanteresse beauté de Pokhara inspira bon nombre d’auteur. Son air pur, ses sommets enneigés en fond, le calme du lac et la verdure l’encadrant lui valent le surnom de joyau de l’Himalaya. Le Machhapuchhare, du haut de ses 6 977 mètres, envoûte les amoureux de la nature tandis que la présence du lac crée une atmosphère d’une rare quiétude, presque magique. Moins élevée que Katmandou, les températures y sont plus douces l’hiver favorisant une flore particulièrement riche, et l’observation des oiseaux.

Autrefois étape importante du commerce entre l’Inde et le Tibet, Pokhara est aujourd’hui la destination finale des caravanes de mules en provenance des régions isolées de l’Himalaya comme le Mustang, qui apportent les produits de leurs régions et s’installent aux abords de la ville pour en faire commerce. La région est majoritairement peuplée de Gurungs et de Magars, paysans volontaires et travailleurs réputés, connus du monde entier grâce à leur bravoure dans les régiments Gurkha. On croise également de nombreux Thakalis, connus pour leur sens des affaires, et à la tête d’un grand nombre de lieux de restauration sur l’ensemble des chemins de la région.

A voir

Les montagnes

En toile de fond, une vue panoramique à couper le souffle, sur les montagnes. Bien qu’il ne soit pas le plus haut sommet, le Machhapuchhare domine la vallée de part sa proximité, et s’admire de tous les coins de Pokhara. Quant au massif de l’Annapurna, il s’étire d’est en ouest dévoilant ses sommets I, IV et sud. Plus en retrait, les géants, le Dhaulagiri (8 167 mètres) et le Manaslu (8 163 mètres).

Le lac Phewa

Pokhara doit sa popularité au lac lui donnant ce charme si particulier, sur les bords duquel s’étend le quartier de ‘lakeside’ où se retrouve les touristes. Le lac Phewa est le plus vaste des trois lacs ; il attire un grand nombre de voyageurs venant profiter de ses eaux calmes pour nager, où faire des ballades en bateaux. Des barques se louent facilement et beaucoup de visiteurs se rendent au temple situé sur l’île, au beau milieu du lac. L’autre passe temps est la voile. Lakeside et Baidam, villégiatures aux nombreux hôtels, restaurants, bars et boutiques de souvenirs, permettent aux voyageurs de se détendre, en ayant tout à portée de la main.

Boating on the Fewa lake in Pokhara

Barahi Temple  (voir carte)   

Principal monument de Pokhara, le temple Barahi siège sur une petite île au centre du lac. Pagode à double toit, ce temple est dédié à Ajima, l’incarnation de Vishnou sous sa forme de sanglier. Des sacrifices y ont lieu, notamment le samedi, jour chômé au Népal, lorsque les dévots y viennent en nombre.

Seti Gandaki (voir carte)

Cette rivière mystérieuse, merveille naturelle, disparaît sous terre en plusieurs endroits le long de sa course à travers la ville. Par moment, elle ne s’étire pas sur plus de deux mètres de large mais avoisine les 20 mètres, en profondeur ! L’un des meilleurs lieux pour surplomber la rivière est le pont de Mahendra, au carrefour de Bhimsen, un petit pont près de l’ancien ‘mission hospital’, d’où l’on constate la férocité des eaux dévalant les profondes gorges façonnées par les millénaires.

Cascade de Devi

Cette charmante cascade, plus connue ici sous le nom de Patale Chhango, se trouve à 2 km au sud-ouest de l’aéroport de Pokhara, sur la Siddharta Highway. Il y a fort longtemps de cela, un randonneur du nom de Davi se fit emporter par la rivière Pardi, et disparut dans les cavernes souterraines, au fond du gouffre.

Grotte de Mahendra (voir carte)

A deux heures de marche au nord de Pokhara, la grotte calcaire de Mahendra ou ‘Mahendra Gupha’ offre un intéressant labyrinthe de stalactites et de stalagmites. Le visiteur sera avisé de se munir de sa propre lampe torche afin d’admirer ces formations. Il existe une autre grotte appelée ‘la grotte aux chauves-souris’ en vertu du nombre de ces animaux y ayant élu domicile.

Pagode de la paix (voir carte)

Au sommet de la colline bordant la rive sud du lac Phewa se dresse la Pagode de la paix. Quatre représentations de Bouddha regardent dans les quatre directions. Cette pagode en forme de dôme vaut l’ascension, d’autant plus que le point de vue sur l’Annapurna y est spectaculaire. 

La vieille ville (voir carte)

A 4 km du lac, la vielle ville étale son centre commerçant où une mosaïque ethnique de commerçants en tout genre se mélange, contrastant farouchement avec le quartier de Lakeside. Les temples et monuments ont un je ne sais quoi de l’architecture typique Newar que l’on trouve dans la vallée de Katmandou. En dehors des immeubles de bétons poussés ça et là, le centre de la ville conserve son charme originel. La promenade y est agréable, agrémentée de magasins vendant de tous, des produits de bouche aux vêtements, des cosmétiques à l’or. C’est là qu’on trouve le plus ancien lieu de prière de Pokhara, le temple de Bindhyabasini. Perché sur un monticule ombragé, cet édifice au dôme blanc domine une vaste cour pavée.

MusEes (voir carte)

Le musée de Pokhara mérite qu’on s’y arrête. Situé entre la gare routière et le pont de Mahendra, il affiche une vitrine de la mosaïque ethnique des diverses cultures qui peuplent l’ouest du Népal. Le mode de vie et l’histoire des Gurungs, des Thakalis et des Tharus y sont présentés sous formes de mannequins, de photos et d’objets. Autre temps fort de la visite, les traces datant de 8 000 ans, récemment découvertes, de présence humaine au Mustang. Le musée est ouvert de 10h à 15h sauf les mardis et jours fériés.

Le musée d’histoire naturelle de Pokhara ou, le musée de la région de l’Annapurna, est lui aussi digne d’intérêt. Dirigé par l’ACAP (Projet de Préservation de la Région de l’Annapurna), il possède une impressionnante collection de papillons, d’insectes, d’oiseaux et de naturalisation d’animaux sauvages de la région. Situé sur le campus  de Prithvi Narayan, à l’est de la vieille ville, le musée est ouvert de 9h à 17h sauf les samedis et jours fériés.

Le musée international de la montagne (IMM) présente une façade impressionnante. Crée dans le but d’archiver, de documenter, de présenter et de répertorier l’évolution mondiale de l’ensemble des activités de montagne du passé jusqu’à nos jours, il reçoit de part le monde le soutien de nombreux clubs et associations d’alpinismes et de donneurs privés. Le musée fut fondé par l’association népalaise d’alpinisme (NMA) sur le thème « l’homme, la montagne et les activités de montagne dans le monde », et s’organise autour de ce thème. Les salles d’exposition ont pour titre:

La salle des populations de montagne  présente les coutumes, traditions, patrimoines et cultures, et les modes de vie ;

La salle des montagnes du monde inventorie les quatorze sommets de plus de 8 000 mètres et explique l’évolution géologique liée à l’origine des systèmes de montagnes. On y découvre également la faune et la flore de l’Himalaya.

La salle des activités de montagne revient sur les ascensions et les explorations les plus marquantes des régions montagneuses ; elle est dédiée aux activités de montagnes telles que la randonnée et l’alpinisme, et retrace de manière intéressante l’évolution des équipements d’alpinisme.

L’un des autres aspects de ce musée consiste à mettre l’accent sur certaines personnalités comme Kumar Khadga Bikram Shah (Président fondateur de NMA), le Dr. Toni Hagen (géologue renommé et amoureux du Népal, auteur de la première publication illustré ‘Népal’), le révérend Ekai Kawaguchi (premier japonais à avoir visité le Népal, en 1899), et le Dr. Harka Gurung (érudit de renom, géographe, planificateur du développement et premier ministre du tourisme du Népal).

Amazing views of the Annapurna's in Pokhara

Dans les environs de Pokhara

C’est là que commencent et se terminent la plupart des randonnées de la région de l’Annapurna. De tous ces chemins, le circuit de l’Annapurna et le trek de Jomsom recueillent les plus grandes faveurs. Pour ceux à cours de temps, d’autres randonnées, tout aussi fascinantes, peuvent se faire : Sarangkot, Naudanda, Ghandruk ou Ghorepani. La colline de Sarangkot (1 592 mètre) est fameuse pour sa vue plongeante sur la vallée de Pokhara, et son extraordinaire panorama sur les montagnes. A l’ouest de Pokhara, au sommet d’une colline, Sarangkot hébergeait autrefois l’un des forts de la région de Kaski.

A faire

Moto : sensation unique que celle de découvrir la vallée au guidon d’une moto. La beauté de la région rend la chevauchée plus excitante encore et l’accueil de la population ajoute un peu plus au charme de cette vallée où l’on peut s’aventurer dans les moindres recoins. Tout ce qu’il faut pour cette ballade,  c’est une carte fiable et une bonne moto.

Bateau : le lac Phewa enchante naturellement le visiteur. Certainement l’attraction la plus prisée, chacun peut sur un coup de tête, et à n’importe quel moment de la journée, décider d’y faire un tour en barque. Second en terme de taille, le lac s’étend sur environ 1,5 sur 4 km. La rive est accueille les quartiers de Baidam et de Lakeside connus pour être les centres touristiques de la ville, tandis que sur la rive opposée la nature conserve ses droits. Les deux autres lacs, le Begnas et le Rupa, à une quinzaine de km de Pokhara, s’atteignent par une route bifurquant de l’autoroute de Katmandou. Moins visités, mais non moins beaux, ces deux lacs sont les destinations privilégiées de ceux qui recherchent la sérénité et la paix. Là encore, on peut louer des barques à tous moments et ramer jusqu’au milieu du lac, ou bien jusqu’à la rive opposée où la verdure et le calme règnent en maître. Piquer une tête par une chaude journée ensoleillée peut être pour certain le clou du séjour à Pokhara. Les locations de barque se font pour la journée, ou pour une heure. Une variante agréable revient à louer le bateau sans le rameur et vivre sa propre aventure. Les meilleurs moments pour faire du bateau à Pokhara sont les mois d’hiver, entre octobre et février, alors que le ciel est clair et que les montagnes se reflètent sur les eaux paisibles du lac.

ULM : décollez en ULM et offrez vous une vue aérienne sur la vallée de Pokhara. C’est une expérience grisante qui donne sur les montagnes une vue parfaitement dégagée, le lac loin sous ses pieds. Les ULM décollent de l’aéroport de Pokhara de septembre à juin. Ils peuvent décoller et atterrir dans des champs, sur des routes truffées d’ornières ou sur des surfaces que n’importe quel autre avion n’oserait aborder. De par sa petite taille, l’ULM n’accepte à son bord que le pilote et le passager. Ils ont jusqu’à une heure d’autonomie et peuvent frôler les 5 000 mètres d’altitude.

Parapente : parmi les sports à durée aussi limitée, le parapente est probablement celui qui procure le plus de sensations fortes de par l’absence total d’obstacle entre le paysage et soi. Au loin l’Himalaya majestueux et, en dessous, les villages, monastères, temples, lacs et la jungle ; un oiseau n’en voit pas plus.

Pêche : pour les pêcheurs à la ligne, cet endroit peut devenir synonyme de ‘la plus grosse prise’. Des cannes à pêche sont à louer dans les magasins bordant le lac.

Golf : le climat de Pokhara se prête à merveille à la pratique de ce sport qui y fut introduit il y a plusieurs années. Deux terrains de classe internationale sont ouverts aux amateurs.

Poney : la chevauchée à dos de poney est idéal pour découvrir Pokhara. Certaines agences organisent des ballades dans la vallée et les collines avoisinantes.

Rafting : les rivières du Népal sont parmi les plus courues pour le rafting en eaux vives, et Pokhara en est un point de départ idéal. C’est sur la rivière Trishuli qui longe la route reliant Pokhara à Katmandou que se fait l’un des rafts les plus connus. Autres options, la Kali Gandaki et la Seti aux rapides excitants.

Petites randonnées : Pokhara est l’endroit parfait pour se détendre au départ ou au retour d’un trek, voir pour les plus passionnés, entre deux treks. Les environs de Pokhara offrent bien des surprises que certains aspirent à découvrir. La ballade classique dure 3 à 4 heures mais l’on peut aussi s’attarder et prendre son temps à certains endroits.

VTT : pour ceux en mal de défi physique, le VTT se révèlent l’activité adéquate ; il n’y a pas mieux pour un voyage exploratoire dans les centres urbains du Népal. Mais quittez les sentiers battus et les limites s’estompent laissant place à un plaisir infini. Traversez les rizières, les charmants petits hameaux, pédalez vers le haut et le bas des collines, le long des rivières, autour des temples, sur les ponts suspendus et le long des routes, laissez derrière vous des troupeaux égarés. On peut facilement louer un VTT, pour la journée ou plus, dans l’un des nombreux magasins de location éparpillés dans la ville. Pour une meilleure compréhension de la culture et de la vie des villages, et pour ne pas manquer les sites importants, vous pouvez demander une promenade guidée.

Peace Stupa & Fewa Lake in Pokhara

Se rendre à Pokhara

Même si le but du voyage est d’atteindre Pokhara, on peut envisager ce trajet de 206 km vers l’ouest comme partie intégrante de l’expérience de Pokhara. La manière la plus rapide et la plus simple de rejoindre Pokhara est de prendre un avion à l’aéroport international de Tribhuvan (TIA) de Katmandou. Quand on vole par temps clair, on ne peut être que bouleversé par la vue époustouflante sur les sommets blancs qui s’étirent d’est en ouest à la frontière du Tibet. Et le contraste extraordinaire entre les pics neigeux de l’Himalaya au nord, les collines verdoyantes de la chaîne du Mahabharat au sud, et enfin la jungle exsudante des plaines font de ce vol une expérience fascinante. Il y a des vols et des bus quotidiens entre Katmandou et Pokhara.

Logement

Pokhara propose une variété de logement pour toutes les bourses: d’hôtels luxueux aux vues imprenables sur les montagnes aux chambres les plus basiques. Les quatre quartiers où se loger sont la gare routière dans la vieille, près de l’aéroport, à Damside (Pardi) et à Lakeside (Baidam).

Climat

Pokhara jouit de températures douces subtropicales où l’hiver n’est pas trop rude et où l’été n’est pas aussi étouffant que dans la plaine du sud. Considérant sa proximité avec l’Annapurna, on pourrait s’attendre à un hiver très froid. Pourtant, l’impact de ces géants est minime. A une altitude de 827 mètres, Pokhara bénéficie d’un climat doux qui lui confère son statut de havre. L’été, la chaleur et l’humidité se répandent sur la vallée alors que l’hiver est plaisant, particulièrement d’octobre à décembre. La mousson s’y pose de mi-juin à septembre, précédée d’une pré mousson en avril ou en mai. Les températures dans la vallée grimpent à 30-32°C l’été, et descendent à un minimum de 6°C l’hiver. Les journées sont généralement chaudes avec quelques exceptions pendant le mousson ou l’hiver.

Carte de Pokhara

Que faire dans et autour de Pokhara

Attractions similaires

#NepalNow

Népal à travers les yeux de nos visiteurs

Nepal Tourism Board |   Visit our corporate website for trade and industry updates
Great Himalaya Trails
Atithi Dewo Bhawa
Experience Nepal - Cuisine and Culture
Visit Nepal 2020